Ser penedo é ser por fora o que se é por dentro (Teixeira de Pascoaes)
... é como ser transparente.

20 de janeiro de 2005

Carlos Mendonça (à l'occasion de son décès)

A Carlos,

Lois faites, statues contemplés, odes écrites,
Tout a sa fosse. Si nous, chairs à quoi
Un soleil intérieur donne le sang, avons
Un couchant, pourquoi pas elles?
Nous sommes des contes contant des contes - le néant.

Fernando Pessoa

Il y avait un horizon, large comme notre mer, de choses à vivre, de choses à faire.
Tout promettant était le jour suivant.
J'ai pu encore te montrer mon espace, ma ville, mon terroir, ma ‘terre’.
Tu iras, sûrement et sans faille, me montrer celle qui est sera désormais la tienne.

Mais ce n'est pas perdu Carlos!

La connaissance préalable de notre sort n'élimine pas le désarroi, le trouble.
L'impuissance vitale n'empêche pas notre fureur contre cette destinée.
La défaite assurée ne coupe pas notre âme à poursuivre.
Cette rencontre, c'est catarse, oui!, mais c'est aussi notre défense.

Ce n'est pas perdu Carlos!

Et il y a Sofia et Carlos Eduardo, preuve sinon de triomphe, signe fort de tenace résistance.

Il y a encore et aussi Albertina, tendre et constante compagne, courageuse, qui sera plus forte, d’elle-même et de ton image.

et, derrière elle, cette marée de larmes et mémoires de ceux qui t'on connu, et inévitablement aimé.

Ce n'est pas perdu, Carlos! Ce n'est pas perdu!

Perdants, perdants, ... sommes nous!

Joaquim Pinto da Silva
Bruxelles, le 20 janvier 2005

Nenhum comentário: